Dans un contexte de séparation difficile ou de manière plus générale, en cas de conflits familiaux aigus, il arrive que les relations entre les grands-parents et leurs petits-enfants soient brutalement rompues.

En principe, il n’est pas possible d’empêcher les grands-parents de voir leurs petits-enfants.

En effet, les grands-parents peuvent disposer d’un droit de visite et/ou d’hébergement sur leurs petits-enfants.

En effet, l’article 371-4 du Code civil prévoit désormais que « l’enfant a le droit d’entretenir des relations personnelles avec ses ascendants. Seul l’intérêt de l’enfant peut faire obstacle à l’exercice de ce droit. Si tel est l’intérêt de l’enfant, le juge aux affaires familiales fixe les modalités des relations entre l’enfant et un tiers, parent ou non. »

Les grands-parents disposent donc de la faculté de saisir le Juge aux Affaires Familiales compétent aux fins de se voir octroyer un droit de visite sur leurs petits-enfants.

Il s’agit d’une procédure dite « écrite » pour laquelle l’assistance d’un avocat est obligatoire.

Le cabinet de Maître GALLON assiste régulièrement des parents ou des grands parents confrontés à des différends concernant les droits de visite sur les petits enfants.

La page est mise en ligne à des fins d’information du public et dans l’intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible.
En raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle.
Nous vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 09 52 31 15 37.
En aucun cas le Cabinet GALLON membre du barreau de Poitiers ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.